PARCOURS Oumy Sall Ndiaye, cette communicante qui s’est lancée dans un ambitieux projet de valorisation des femmes africaines de la diaspora

admin3821
Added by 5 avril 2019

Après une longue et riche expérience professionnelle en France, en Europe et en Afrique qui a surtout consisté à coordonner la stratégie et la communication pour des candidats à des élections, Oumy Sall Ndiaye, une Franco-Sénégalaise, vient de se lancer dans un ambitieux projet : la mise en lumière du mérite des femmes africaines de la diaspora. Son coup d'essai, la JIFAD, fut un de coup de maître qui appelle d'autres.

Oumy Sall Ndiaye est débordée. Elle au four et au moulin. Réponds à des visiteurs par-ci. Court régler un détail par-là. Se précipite pour accueillir les invités officiels. Pour les journalistes qui sollicitent des interviews, ils doivent prendre leur mal en patience : elle n'a pas le temps, et ça se comprend.

En ce dimanche 17 mars 2019, il est 17 heures dans les prestigieux salons de la Palme, à Bobigny, prés de Paris. Cette communicante dans l'âme, qui dirigeProxi Communication, une agence de communication globale, a rendez-vous avec un cocktail de personnalités africaines du continent et de la diaspora, de femmes africaines qui s'illustrent dans leur secteur en France et ailleurs en Europe. Le prétexte de la manifestation : la Journée Internationale de la Femme Africaine de la Diaspora (JIFAD).

Côté invités VIP aussi, Oumy Sall Ndiaye a réussi à convaincre une palette d'autorités africaines dans la diaspora à venir rehausser de leur présence l’événement

À 17 h, le cadre grouille de monde. Certains sont là depuis la fin de la matinée. Dans la multitude de stands exotiques, les exposants présentent leur produits cosmétiques, objets d'arts, œuvres intellectuelles. Les points-restaurants avec leurs mets africains, font partie des stops convoités par les visiteurs (et les exposants aussi). Le tout dans une ambiance folklorique.

Pour cette première édition placée sous le thème de l’Exemplarité, l'organisatrice a mis les petits plats dans les grands. Dans le rôle de maîtresse de cérémonie, c'est la journaliste-animatrice sénégalo-capverdienne, Juilette Ba, qui animait l'émission "ça roule" sur TV5, (elle a récemment ému en révélant son combat contre l'endométriose), qui était à la baguette.

Côté invités VIP aussi, Oumy Sall Ndiaye a réussi à convaincre une palette d'autorités africaines dans la diaspora à venir rehausser de leur présence l’événement : l'Ambassadrice- adjointe de la Gambie à Paris et brillante intellectuelle, Docteur es Lettres, Mariam JOHN, qui est la marraine de cette première édition; la Chancelière de la République Démocratique du Congo, Mme Germaine LUBASU, la Vice- Consul du Sénégal à Paris, Mme Awa Diop Mbacke, qui est la première Ambassadrice de la JIFAD; et des représentantes de la Francophonie et de l'Unesco.

D'autres invitées de marque sont venues de loin: Mme Aida Diop Diouf (Juriste), venue de Genève accompagnée d’une forte délégation dont son époux le Dr Abdourahmane Diouf et Mme Adja Aicha FALL, (SÉNÉLEC DAKAR), toutes deux Ambassadrices de la JIFAD, etc.

Oumy Sall Ndiaye (à gauche) avec la marraine de la JIFAD 1, Dr Mariam JOHN, Ambassadeur adjointe de la Gambie à Paris

Fêter la femme. Mais pas que. Car derrière cette apparence festive, l'ambition de Oumy Sall Ndiaye à travers la JIFAD qui sera célébrée chaque année au mois de mars, est surtout « un moment privilégié d’échanges et de convivialité » visant à « favoriser le brassage, dépasser les clivages et créer des réseaux entre les femmes. »

Promouvoir l'entrepreneuriat féminin, récompenser des parcours de réussite et inspirants, conseiller et accompagner des femmes qui ont des projets entrepreneuriaux ou le réflexe de l’entreprise informelle afin de développer leurs structures...sont d'autres grands axes du concept lancé par Oumy Sall Nidaye.

C'est là toute l'innovation apportée par la promotrice, par rapport à toutes ces manifestations qui visent également l'épanouissement de la femme africaine dans la diaspora. Car, il faut le reconnaître, des Journées de la femme africaine et ses déclinaisons de toutes sortes, il en existe déjà dans la diaspora. Mais, généralement, ces événements, sans contenu et sans suivi, se distinguent plutôt par leur penchant festif : chanter, danser...

«C'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai créé cette journée. Je veux que que les lauréates de la JIFAD deviennent un exemple et une source de motivation pour toutes les autres femmes »

« Si beaucoup sont convaincus que les femmes occupent une place importante dans la société, peu nombreux sont ceux qui peuvent nous parler du leadership féminin de la diaspora. En plus de leurs activités professionnelles quotidiennes, les femmes africaines de la diaspora font preuve d’une bravoure et d’un engagement sans faille dans les domaines sociaux, humanitaires, et associatifs. Elles jouent ainsi un rôle indéniable dans le développement local de leurs régions d’origine par le biais d’actions de solidarité internationale. Ces femmes sont en outre de véritables reines de l'entrepreneuriat », explique la Directrice de Proxi Communication.

D'ailleurs, pour inspirer les femmes et les encourager à se surpasser, la JIFAD va chaque année récompenser des femmes au parcours de leadership. «C'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai créé cette journée. Je veux que les lauréates de la JIFAD deviennent un exemple et une source de motivation pour toutes les autres femmes », souhaite Oumy Sall Ndiaye.

Pour cette première édition, elles sont trois à repartir de Bobigny avec un Trophée : Dr MUKENDI PAPA Cécile, Médecin Généraliste d’origine belgo-congolaise dans l'Essonne, très impliquée dans l’accès aux soins pour tous (elle a crée Primary, une plateforme innovante) ; Me Magou SOUKOUNA, jeune Avocate franco-malienne au Barreau de Bobigny au parcours extrêmement inspirant, et Adja Mama F.DRAMMEH, Gambienne, Commerçante autodidacte, et médiatrice hors pair de la ville d’Evry

Les trois lauréates de la JIFAD 2019

Si la JIFAD en est à sa première édition, sa promotrice, originaire du Sénégal, elle, n'est pas une novice en terme d'organisation d’événements.

Titulaire d'un Master II en Communication Politique et Publique en France et en Europe à l’Université Paris 12 (UPEC), d’une Maîtrise de Sociologie des Organisations, Université D’Evry – Val d’Essonne, d’un D.E.A D’Anthropologie sociale à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, Oumy Sall Ndiaye a déjà été à la manette de colloques internationaux pour des ministres, des organisations et institutions publiques. Sans compter sa longue et riche expérience aux côtés d'hommes et de femmes politiques : elle a notamment eu à coordonner la communication de plusieurs candidats à l’élection présidentielle, législative et municipale au Sénégal, en Afrique et en Europe.

Oumy Sall Ndiaye dirige notamment un Think Tanks, le Club Diaspora, hub d’entreprenariat, sociétal, économique et culturel dans le but de constituer un annuaire des acteurs économiques africains de la Diaspora.

Pour mener son parcours professionnel et militant, parallèlement à sa vie de mère de famille, Oumy Sall Ndiaye s'est sans doute inspirée de sa mère, qui n'est plus de ce monde. « Elle fut une femme leader, dynamique, exemplaire et généreuse, d’ailleurs la liberté de la femme a été l’un des combats de ma maman, elle me l’a transmis d’où ma présence ici aujourd’hui parmi vous », a révélé Oumy Sall Ndiaye, lors de son mot de bienvenue à Bobigny, le 17 mars 2019.

Ironie du destin, c'est le jour de l'anniversaire (17 mars) du décès de sa mère que s'est tenue la première édition de la JIFAD.

A peine les rideaux baissés sur la JIFAD 1, la directrice de Proxi Communication s'est plongée dans le chantier de la deuxième édition. Mieux...

Cette première édition fut incontestablement une réussite. Ce fut un coup d'essai pour un coup de maître. Au point que l’événement ait fait objet d'une tentative malsaine de récupération. En effet, une personnalité politico- médiatique ivoirienne, a été pris en flagrant délit de « récupération », pendant et après la cérémonie. Cette personnalité, un Monsieur, a pris un malin plaisir à s'incruster pratiquement dans toutes les photos officielles. Son attitude a d’ailleurs indisposé certaines personnalités présentes à cet évènement et pollué les œuvres du photographe. Le Monsieur ne s'arrêtera pas là. Car dès le lendemain, il sourcera (ou signera sous pseudo) des articles de presse en se faisant passer comme « l'invité d'honneur de la JIFAD » (ce qui est une contre-vérité), et en omettant de mentionner l'organisatrice de cet événement.

Qu'à cela ne tienne, Oumy Sall Ndiaye est déjà passée à autre chose. A peine les rideaux baissés sur la JIFAD 1, la directrice de Proxi Communication s'est plongée dans le chantier de la deuxième édition. Mieux, elle est en train de dessiner les contours de nouveaux projets aussi ambitieux qu'innovants. Ces dit-projets, qui pour certains sont pour 2020, sont également dédiés à la diaspora africaine. Vaste programme en perspective pour cette Franco-sénégalaise qui a fait de la mise en lumière du mérite des femmes africaines de la diaspora un sacerdoce.

Thierno DIALLO, Afrique Connection

Similar Videos

SENEGAL-CULTURE: CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE MONDIALE DU LIVRE ET DU DROIT D’AUTEUR

L’hôpital pour enfants Albert Royer de Fann, abrite mardi à 15h, la cérémonie officielle d’ouverture de la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur, annonce un communiqué transmis à l’APS. L’évènement se tiendra sous la présidence effective de Abdoulaye

Culture *LE SÉNÉGAL ET LA CÔTE D’IVOIRE REPRÉSENTERONT L’’’AFRIQUE UNIE’’ AU FESTIVAL DES CANNES*

Le Sénégal et la Côte d’Ivoire iront ensemble ’’comme une Afrique unie’’ à la 72e édition du festival de Cannes avec le film ’’Atlantique’’ de la Sénégalaise Mati Diop cofinancé par les deux pays, a annoncé, lundi, le ministre de

Journée internationale des femmes: le Docteur Massamba GUEYE n’attendrait pas le 08 Mars pour rendre hommage aux femmes.

HOMMAGE DU DOCTEUR MASSAMBA GUEYE AUX FEMMES DE NDER     Merci à toi Femme du Sénégal, d’Afrique et d’ailleurs! D’ailleurs, je n’attendrais pas Le 8 mars pour te rendre hommage J’ai une date parmi les plus mémorables pour le

No Comments

No Comments Yet!

No Comments Yet!

But You can be first one to write one

Only registered users can comment.